Ce qu'il faut savoir sur Copenhague

We are truly the last people who will have a chance to stop climate change. (Nous sommes les dernieres personnes qui ont une chance d'arreter le rechauffement climatique)

Ce constat qui découle des données scientifiques mis à la disposition de tous par le groupe des experts du climat ( le GIEC) fonde la motivation des militants de Climate Justice Fast (CJF): les gouvernements doivent appliquer ce que disent les scientifiques: il faut tout de suite diviser par 2 les émissions mondiales de gaz à effet de serre.Les pays riches, qui émettent beaucoup plus que les autres doivent diviser par 4 ,  5 et plus dès maintenant. La grève de la faim commencée le 6 novembre2009 par les militants de CJF est un geste extreme, à la hauteur de l'urgence d'un accord exigeant à Copenhague.
Voici un lien (en anglais) sur la veillée jeudi 17 decembre 2009 avec les associations à Copenhague et où la présence de ceux de Climate Justice Fast a visiblement ému tous les participants.

Jim Hansen, le climatologue de la Nasa vient de lancer un vibrant appel (en anglais ici) pour reveiller notre fighting spirit. Il est encore temps d'agir, on peut arreter le réchauffement climatique.

En fin de cette page, voici la copie d'un article, paru le 24/11/2009 dans Le Monde, de scientifiques du GIEC annonçant le risque de +7°C d'ici 2100, le pire des scénarios si on n'agit pas tout de suite.

Lester Brown (Plan B) et Al Gore (Our choice) viennent de le repeter chacun à sa façon: il ne s'agit pas tant de changer d'ampoules électiques, il s'agit de changer de politique.
C'est bien le point de vue de taca. Il faut changer de mode de vie pour mesurer concretement ce que signifie un projet comme facteur 4 de division par 4 de nos émissions de gaz à effet de serre. Mais un tel projet ne pourra etre atteint qu'avec le support d'une majorité de citoyens. Si on veut vraiment lancer le projet facteur 4, il faut s'engager pour changer la politique.

George Monbiot (du Guardian) a raison à notre avis de denoncer la fausse piste de la demographie galopante qui serait à l'origine de tous nos maux.
Son article , traduit ici par Contreinfo, demontre que ce sont d'abord les riches (c'est à dire la plupart des lecteurs de cette page web) qui sont à l'origine des emissions de CO2 et que c'est donc à nous société de pays riche de changer de comportement si on veut vraiment protéger le climat.
L'avantage de ce constat, c'est que la solution est entre nos mains;
  individuellement pour convaincre autour de nous par l'exemple,
  collectivement, en mettant un signal prix sur le carbone, avec une taxe carbone avec redistribution pour protéger financierement les moins riches d'entre nous contre l'augmentation du cout de l'énergie.

Notre ami Mathieu Thomas, tacain historique, vient de traduire en français Carbonomics, une proposition globale pour Copenhague élaborée par Steven Stoft économiste américain spécialiste de l'énergie, recommandé par des sommités comme James Hansen, Joseph Stiglitz et William Norhaus. Cette traduction est disponible ici.

URGENCE CLIMATIQUE; Article Le Monde 24/11/2009

C'est le pire scenario jamais imagine. Le rechauffement climatique pourrait atteindre sept degres en 2100 selon vingt-quatre climatologues de renom. L'Institut de recherche sur les impacts du climat de Potsdam, en Allemagne, publie en effet mardi 24 novembre un document de 64 pages representant une synthese des travaux scientifiques sur le changement climatique parus depuis le 4e rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC, 2007), assorti d'un appel a agir.

"La temperature moyenne de l'air devrait se rechauffer entre 2 et 7 degres en 2100 par rapport a la periode preindustrielle", affirment les auteurs. L'augmentation de 40 % des emissions de CO2 entre 1990 et 2008 rend plus difficile a atteindre l'objectif fixe en juillet de limiter a 2 degres le rechauffement global. "Chaque annee de retard dans l'action augmente les chances que le rechauffement depasse 2 °C", avertissent-ils.
A l'attention de ceux qui douteraient encore de l'origine humaine du rechauffement, le document de Potsdam rappelle que durant le dernier quart de siecle, les temperatures moyennes ont augmente de 0,19 degre par decennie, ce qui correspond parfaitement aux previsions calculees sur la base des emissions de gaz a effet de serre.

Phenomenes meteorologiques extremes
L'un des effets les plus alarmants du changement a venir concerne la multiplication des phenomenes meteorologiques extremes, que ce soit au niveau des temperatures (canicules) ou des precipitations (secheresses, inondations). Un autre concerne l'elevation du niveau des mers. "La montee actuelle du niveau des mers", de 3,4 mm par an durant les quinze dernieres annees, "est superieure de 80 % aux previsions passees du GIEC", selon les climatologues. Au lieu d'une fourchette comprise entre 18 et 59 cm d'augmentation, les experts estiment desormais que si les emissions de gaz a effet de serre ne sont pas reduites, la fonte des calottes glaciaires provoquera une montee des eaux comprise entre un et deux metres d'ici a la fin du siecle.
Selon Hans Joachim Schellnhuber, directeur de l'Institut de Potsdam et membre du GIEC, le rapport est un "dernier appel des scientifiques a l'intention des negociateurs sur le climat de 192 pays qui doivent prendre le train de la protection climatique a Copenhague", du 7 au 18 decembre. "Ils doivent connaitre la verite sans detours sur le rechauffement global et les risques sans precedent qu'il implique", souligne-t-il.
Pour limiter le rechauffement a 2 degres, il faut que les emissions cessent d'augmenter entre 2015 et 2020 et diminuent ensuite rapidement. "Une societe mondiale "decarbonee" – avec zero emission de CO2 et d'autres gaz a effet de serre durables – doit etre atteinte bien avant la fin du siecle", esperent les climatologues.


Réagir


CAPTCHA