Dimension politique de l'action taca

  • Jean-Yves R Il y a 3 ans
    Jean a rappelé avec justesse, lors de l'AG du 28/01/16, que l'incitation à réduire la consommation des gens ne devait pas être seulement interprétée comme un ciblage prioritaire quant à la responsabilité des émissions, mais que cette action s'inscrivait dans le projet de faire accepter le signal prix carbone, projet éminemment politique, qui élargit singulièrement le champ de la responsabilité.
    Dans l'idée de ne pas déconnecter l'action de taca d'un contexte de revendications convergentes, je vous propose cette citation de Marielsa Salsilli* : « Pour l’instant, les revendications citoyennes sont dispersées dans de nombreuses problématiques et divisées quant aux solutions. Pourtant, qu’il s’agisse de malbouffe, de la fabrique des maladies, d’industries polluantes, des dégâts de l’agriculture industrielle, de conflits internationaux, de lois scélérates, de restriction des libertés ou de technologies dangereuses, la cause de ces dérives et de ces errements est toujours liée à la faiblesse d’un pouvoir politique aux mains d’intérêts privés. Et cela quel que soit le sujet —dès lors qu’on l’étudie sans dogmatisme ni naïveté. Ainsi, les citoyens les plus vigilants s’épuisent à dénoncer des scandales sans cesse réinventés. Les plus vertueux s’échinent à réparer ou à atténuer les maux engendrés. Tandis que les autres courent après l’argent et les divertissements. Accaparés par des problèmes, qui ne sont finalement que des épiphénomènes d’un mal plus profond, les Français n’ont pas le temps de se pencher sur leur cause commune : notre mode de gouvernance. N’est-il pas temps de changer de régime politique ? ».
    Pour ce changement de régime politique, l'auteur fait référence à la proposition très intéressante de l'association ARTICLE 3 (http://www.article3.fr), qui propose l'action astucieuse et puissante suivante.
    L’article 3, premier alinéa, de la Constitution est ainsi libellé :
    « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ».
    Article 3 en propose la modification suivante :
    « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum d’initiative citoyenne, en toutes matières y compris constitutionnelle et de ratification des traités ; cet article ne être modifié que par voie référendaire. »
    Un tel changement serait évidemment un formidable levier pour faire passer le signal prix carbone !
    A bon entendeur salut.
    Jean-Yves

    * Marielsa Salsilli, Référendum d’initiative citoyenne ; Une révolution démocratique à portée de main ?, Nexus, n° 102, janvier-février 2016, p. 70-77

Vous ne possedez pas les droits nécessaire à l'ajout d'un commentaire sur le forum.
Veuillez vous connecter à l'espace membre ou vous inscrire directement en suivant le lien ci-dessous.

Inscription

<< Retour aux sujets